LITTLE BOB

 Nouvel Album :  New Day Coming  (01/06/2018)

Après le « LBS Best of » soit le meilleur de Little Bob Story, Little Bob, frappe de nouveau sur Verycords, mais sous la forme de « LBBB », LITTLE BOB BLUES BASTARDS, avec leur 3eme album, ce « New Day Coming » qui arrive le 1er juin !

Les LBBB sont le gang de Bob depuis déjà quelques années. Au 1er rang, Gilles Mallet, l’une des meilleures « gâchettes » françaises, qui tient la dragée haute aux anglo-saxons. Juste à côté, on reconnait la silhouette longiligne de Mickey BLOW, l’harmoniciste qui a traîné son pantalon de cuir et sa chemise à jabots derrière Johhny Thunders , Dick Rivers, ou …Little Bob Story, et aujourd’hui se mue en « harpo monster » sur disque et sur scène. La rythmique ? C’est du lourd, au sens musical.

Bertrand Couloume, 27 ans de Bob sur son cv, contrebasse comme personne, passant du toucher soft à la distorsion la plus brutale, associé à mister Jérémie Piazza, l’éternel petit jeune, car neveu du Boss. Derrière les fûts, son groove impose le respect.Et devant tout ce beau monde, le leader, le parrain, le chef du gang : LITTLEBOB.

« NEW DAY COMING», pour un homme qui est sur scène depuis 1962, ça peut paraitre bizarre, mais c’est un nouveau jour que nous présente Little Bob. Plus intime, plus intérieur, il se livre, ouvre son coeur (qu’il a grand) et nous fait partager sa vision des choses, du monde, de la vie. Et on l’écoute avec attention car peu peuvent se vanter du même parcours. Quand on a gagné le respect des anglais en 1975, des français de toutes les régions, et de personnages comme Aki Kaurismaki, Manu Chao, NoirDésir, Southside Johnny…on pourrait s’asseoir et regarder dans le rétro. MaisNON, Bob n’est pas comme ça. Il est dans l’urgence, comme il l’a toujours été. Il a de l’espoir, de l’avenir, de l’envie, de la hargne…pour faire face aux problèmes de société, aux questionnements d’un homme mûr, et à des histoires de sentiments trop profonds… C’est un disque de Protest Songs , un vrai. « Une protest song n’a jamais changé le monde, mais j’espère que ça peut y contribuer » nous dit notre Rockin’ Class Hero pour qui être rock’n roll n’est pas une posture, mais une vie entière.

« New Day Coming » s’ouvre sur « Mama’s Prayer », quintessence de rock’n roll où Bob raconte les prières de sa mère à Ste Thérèse pour qu’il trouve une femme sérieuse… eh bien oui, il l’a trouvée et il lui écrit une poignante déclaration d’amour pour clore le disque avec ce « I’mwatching you» qui transpire tant d’émotion « que j’aurais du mal à la chanter live sans pleurer ». Un albumde Bob c’est du sang, de la sueur et des larmes, en parfait Rockin Class Hero.  Et les reprises en colère viennent renforcer cette impression de fureur de vivre, comme cette version imparable et lancinante de l’hymne metal « Ace Of Spades » de Lemmy / Motorhead, son « speed friend » des glorieuses années  anglaises.

Le groupe met aussi en musique un texte de Karen Maitland, écrivain de polar anglaise, et un poème du grand WilliamBlake ! Sous toutes ses formes, ce nouvel LP appelle à s’indigner, se révolter, lever le poing, balancer des riffs, des roulements de batterie, des chorus d’harmonica…pour entrer en résistance ! Et tout ça chanté avec cette voix ! S’il y a une « Voice » dans ce pays, c’est la sienne ! Au-delà de toute comparaison, le chanteur Roberto Piazza envoie tout péter, avec classe et naturel.

 

Little Bob n’est pas un mythe ni une légende : il est là !

 

High Times 76-88 est une compilation double CD + DVD regroupant 19 titres studio tirés des 7 albums studios de Little Bob Story, une démo, un inédit, ainsi que 13 titres live enregistrés entre 1979 et 1988. En bonus DVD, l’excellent documentaire « Rockin’ Class Hero », qui voit défiler entre autres Eric Burdon (The Animals), Glen Matlock (Sex Pistols), Manu Chao, Serge Teyssot-Gay (Noir Désir) ou encore le réalisateur Aki Kaurismäki, qui témoignent tous de leur admiration pour Little Bob.

Vidéos

LITTLE BOB BLUES BASTARDS- Only Liars

LITTLE BOB- The Phone Call

Biographie

Le rock’n’roll made in France a une légende vivante : Roberto Piazza, alias Little Bob.

Son premier groupe, Little Bob Story, a déboulé dans l’apathie des années 70 alors que la France était un désert rock. Au tournant du pub-rock et du punk, Bob et son gang se sont taillés une réputation à l’étranger qu’aucun groupe de rock de chez nous n’a jamais approchée, jouant à de multiples reprises en tête d’affiche en Angleterre (avec parfois des groupes bien connus en première partie comme The Jam). En 1976, l’EP « I’m crying » est même distingué « Single of the week » par le très reconnu New Musical Express. Little Bob a toujours bénéficié d’une grande reconnaissance de ses pairs : le Clash et autres Sex Pistols viennent régulièrement voir le groupe sur scène. Sans oublier la participation mythique de Lemmy de Motorhead qui introduit un titre sur le dernier témoignage vinylique du groupe, « Ringolevio », en scandant de sa voix reconnaissable entre mille “Listen Up Sons Of Bitches, Little Bob’s Gonna Tell You A Story!”

Release(s)