Marillion

Deux ans après le succès de F E A R, son dernier album studio, le groupe de rock néo-progressif britannique Marillion revient un nouvel album live All One Tonight.

Filmé le 13 octobre 2017, à l’occasion du premier concert de la carrière de Marillion dans la mythique salle du Royal Albert Hall de Londres. Sold-out en quelques secondes, avec des fans venant des quatre coins du monde, ce show exceptionnel est divisé en deux parties.

Pendant la première partie, le groupe anglais a interprété F E A R en entier, avant d’être rejoint sur scène par In Praise Of Folly, ensemble composé d’un quatuor à cordes, d’un cor et d’une flûte, qui a apporté une profondeur et une émotion nouvelles aux classiques de Marillion.

UK
- Rock Progressif
Live Art Factory by Caramba Spectacles

Vidéos

Marillion - "All One Tonight" - worldwide in stores on July 27th, 2018

Biographie

L’une des publications posthumes de l’écrivain, Silmarillion, donne envie à Marillion (un raccourcissement imposé par des problèmes de droits), de devenir ce qu’il est : un groupe de rock progressiste, composé du guitariste Steve Rothery, du batteur Mick Pointer, du claviériste irlandais et ex Chemical Alice Mark Kelly, du bassiste Pete Trewavas, et du chanteur écossais Derek William Dick, dit Fish, ancien ouvrier forestier, et qui doit son surnom au temps passé à lire dans sa baignoire.

Le premier album du groupe Script For A Jester’s Tear, sur la pochette duquel, dessinée par le maître de l’aérographe Mark Wilkinson, on trouve la reproduction de l’album du Pink Floyd A Saucerful Of Secrets, directement placé sous l’influence de Genesis et Queen, sort en 1983, et le bouche à oreille des concerts lui permet une carrière commerciale plus que digne, puisqu’il finit son parcours certifié disque de platine.

Avantage majeur : tous les morceaux du disque ont été longuement rodés sur scène, et c’est donc sans la pression de la découverte que Marillion découvre les subtilités technologiques du studio.

Dès ce premier enregistrement, certains personnages emblématiques de Marillion, comme le bouffon donc, mais également l’enfant, tous deux très proches de la personnalité de Fish, font leur apparition.Mick Pointer parti, est remplacé par le batteur de Camel Andy Ward, puis par l’ancien percussionniste du groupe progressiste pionnier Curved Air, Ian Mosley.

L’album Fugazi – et un virage vers le hard-rock et les sonorités électroniques – paraît en 1984, et est certifié disque d’or. Marillion devient alors le fer de lance de la nouvelle vague du rock progressiste.

Il est suivi du premier album live du groupe Real to Reel (certifié disque d’or en 1984), et de Misplaced Childhood, évocation en 1985 de l’enfance difficile de Fish, imposition de la paire Fish et Rothery comme compositeurs principaux de l’ensemble, et certifié disque de platine, grâce à la premier place des charts britanniques, de Clutching At Straws (alimenté en 1987 des tensions inhérentes à la vie de tournées, donc manquant de cohérence, mais toutefois certifié disque d’or), et de l’album en public The Thieving Magpie (disque d’or en 1988).

Fish quitte Marillion, envisageant une carrière solo. Les rapports entre le chanteur et ses anciens collègues seront près de vingt années durant totalement détestables, allant jusqu’à des procédures en justice quant à l’utilisation du nom du groupe. Il est remplacé par l’ex Europeans – et collaborateur de The The et de Julian Cope – Steve Hogarth, dit H, à la voix suave, et Marillion intègre également à titre provisoire un membre non musicien, en la personne du parolier John Helmer.

Les enregistrements se succèdent, dans un succès exponentiel : Season’s End (certifié disque d’or en 1989), Holidays in Eden (1991) et un rock soudain plus banal, l’album conceptuel Brave (ou la rencontre en 1994, et après quinze mois de travail en studio, du rock et de la musique symphonique), et Afraid Of Sunlight, qui permet enfin en 1995 à Marillion de connaître la reconnaissance populaire.

Après la réalisation de quelques albums en solitaire (ou en compagnie d’autres musiciens), et la sortie d’un nouvel album en public (Made Again en 1996), This Strange Engine, marqué d’atmosphères acoustiques, paraît en 1997. La mobilisation des fans américains permet une tournée du groupe aux États-Unis, et son dixième album (Radiation, ou Radiat 1 On), marqué par le retour à un son plus brutal, et à un sens de la mélodie, où certains ont vu les influences conjointes des Beatles et de Radiohead, sort en 1998.

Là encore, les sessions se multiplient : marillion.com (1999), Anoraknophobia, enregistré en 2001 grâce à une souscription, l’album live Anorak in the UK (2002), Marbles, marqué en 2004 par une inspiration proche du Pink Floyd… et deux singles intégrant le Top 20 des charts britanniques ; Marbles Live (2005), Somewhere Else (2007), et Happinesss is the Road, double album, uniquement édité sur le site du groupe, le 20 octobre 2008.

Des prestations anciennes ont fait l’objet d’un coffret de 6 CD live, toujours en 2008 (The Early Stages 1982-1987). Une avalanche d’albums live plus récents succèdent : Live from Loreley et Recital of the Script en 2009, le coffret 8 CD The Official Bootleg Volume 2, les doubles Tumbling Down The Years et Size Matters, puis Marillion At High Voltage (concert à Victoria Park en 2010).

En octobre 2009, Less Is More revisite le répertoire de façon acoustique avec un seul morceau inédit. De nouveau produit grâce à l’appui des fans, qui reçoivent en retour une édition Deluxe intitulée Deluxe Campaign Edition, le dix-septième album de Marillion sort en septembre 2012 en Angleterre. Les fans français doivent eux patienter jusqu’au 18 novembre 2013 pour découvrir Sounds That Can’t Be Made marqué par le titre « Gaza », politiquement engagé en faveur de la cause Palestinienne.

Copyright 2017 Music Story Christian Larrède

Dans A Sunday Night Above The Rain, sorti en 2014, on retrouve en live l’intégralité de Sounds That Can’t Be Made, ainsi que quelques-uns de leurs plus grands hits. Ce live a été enregistré
le 10 mars 2013 à Port Zelande (Pays-Bas), à l’occasion du Marillion Weekend, grande convention organisée tous les 2 ans pour les fans, autour de trois soirées de concerts donnés par le groupe anglais.

À la rentrée 2016, Marillion revient avec son 18ème album, intitulé F E A R. Composé de 5 chansons découpées en 17 segments, F E A R présente un groupe qui ne s’est certainement pas assagi avec le temps et qui atteint un nouveau sommet dans sa riche carrière. Cet album voit le groupe aborder des sujets importants tout en incitant ses fans à y réfléchir par eux-mêmes : l’évolution du capitalisme moderne (« The New Kings »), les nouveaux défis du Royaume-Uni (« El Dorado »), la vie sur la route (« The Leavers »).

Release(s)