ZEAL & ARDOR

En concert le 09 déc. 2017 aux Trans Musicales (Rennes) !

NOUVEL ALBUM Devil Is Fine (24/02/2017)
Le dernier album de Zeal & Ardor, Devil is Fine (disponible depuis le 24 février dernier) aborde les thèmes les plus typiques du black metal – rituels, sacrifices humains, feu et le sang – mais Zeal & Ardor a décidé de pousser ces propos blasphématoires encore un peu plus loin en les conjuguant à des paroles directement inspirées des chants spirituels repris par les esclaves lorsqu’ils travaillaient enchaînés dans les plantations… Du black metal tirant son inspiration des champs de coton des états du sud… qui aurait pu imaginer ça un jour ?

USA
- American Slave - Black Metal
MVKA/Caroline

EN CONCERT

09 déc. 2017 aux Trans Musicales (Rennes)

En tournée

Vidéos

ZEAL & ARDOR - Come On Down (Official Audio)

Zeal & Ardor- "Don't You Dare" - Session Live

Biographie

Imaginez la situation suivante : un type ayant la même dégaine que le Django de Tarantino sacrifie une chèvre sur scène tout en rugissant des chants d’esclaves sur fond de riffs de guitares hurlantes… Soudain le cliquetis des chaînes lancent une rythmique ressemblant à une sorte d’invocation satanique dont les mélodies rappellent étrangement celles d’un groupe de black metal norvégien. Le responsable de ce mélange des genres se nomme : Zeal & Ardor.

Zeal & Ardor c’est un musicien americano/suisse nommé Manuel Gagneux, qui tire son inspiration d’une approche alternative de l’histoire, résultant directement de l’association entre deux pensées :
– la religion chrétienne a été imposée aux esclaves américains (tout comme cela avait déjà été fait en Norvège des siècles auparavant)
– dans les années 90, le black métal s’est répandu partout dans le monde en rébellion face au monothéisme

Dès lors que ce serait-il passé si les esclaves américains s’étaient rebellés de la même façon ? Quel aurait été le son de ces chants spirituels s’ils avaient été sataniques ?

Avec son nouvel album Devil is Fine, Zeal & Ardor apporte les premiers éléments de réponse…
« Devil is Fine n’a pas été créé avec l’idée que peu de gens pourraient l’entendre… Il n’y a donc aucun compromis stylistique, je n’ai pas eu à me plier face à certaines demandes… Il s’agit seulement de choses que j’aime personnellement… » ne manque pas de souligner Manuel Gagneux.

C’est sans aucun doute cette liberté totale qui lui a permis de créer une oeuvre avant-gardiste dont on a pas fini d’entendre parler…