TCHÉKY KARYO

La phrase la plus cliché d’une bio d’artiste ? Facile : “Plus besoin de le présenter”… Alors même si on le connaît et qu’on l’apprécie depuis des lustres, on présente quand même Tchéky Karyo, né en 1953 à Istanbul, acteur de théâtre depuis les années 70, acteur de cinéma depuis Le Retour De Martin Guerre, connu des amateurs de films d’action hollywoodiens pour quelques prestations remarquées (Le James Bond GoldenEye, Bad Boys, The Patriot).

Mais Tchéky a un autre jeu, une autre obsession. La musique.
Son premier album, Ce Lien Qui Nous Unit, sort en 2006.
Un disque de passion pour les mots, de rencontre avec le public à travers la scène, celle où Tchéky chante, ne joue pas, donne son énergie et absorbe celle des spectateurs. Il rencontre le public qui vient le voir en concert, et il clarifie ses désirs pour le toujours difficile second album.
Un album plus Rock, plus expressionniste, un disque de rupture. Un acte d’amour. “On a commencé les enregistrements dès l’été 2010, à la maison”, explique Tchéky. “Je voulais créer des liens avec des gens… Je compose sur des textes que j’ai sous le bras, et avec l’aide de mon partenaire Thomas Février qui coréalise avec moi, nous
créons ensemble des chansons, et nous travaillons les arrangements avec le groupe.”

Avec derrière la voix puissante de Tchéky une équipe solide où l’on retrouve aux manettes Jean Lamoot, complice du premier album, mais aussi Jean Fauque pour le texte de “Autour de La Mémoire”, le poète Zeno Bianu pour “Les Guerriers Dorment” et “Angel’s Confess”.
Le groupe ? Les Bienveillants, Tchéky et quatre musiciens déterminés qui amènent leur inspiration pour cet EP dont les influences vont de Bashung à PJ Harvey, de Ferré à Bowie, de Brel à Nick Cave. Nick Cave le déglingué, qui croisa la route de Tchéky voilà quelques années en Australie dans un studio d’enregistrement pour un impossible
duo avorté, confrontation de deux géants à la personnalité torturée.

Pas complètement Rock, pas vraiment Jazz, entre chanson et expérimentation, avec le concours de francs-tireurs comme le fameux percussionniste Steve Shehan, le disque de Tchéky est un de ces ovnis qui traversent le ciel de la musique sans se soucier des routes aériennes déjà tracées.
Le visuel signé de l’ami Enki Bilal confirme que ce dernier album Credo (2013) est une oeuvre de science- fiction, le projet sincère d’un artiste qui veut aller jusqu’au
bout de ses émotions, à qui le chaos ne fait pas peur. Le disque d’un artiste qui n’a rien à perdre, qui refuse de faire semblant.
“J’ai toujours l’angoisse de l’acteur qui chante”, avoue Tchéky. Puis il précise sa pensée. “Mais je n’ai pas à me justifier”. Il préfère nous faire rêver, nous faire entrer dans son trip. Tchéky, c’est quelqu’un. Pas qu’un acteur, mais une voix. Une présence. Un ovni, on vous dit.

— Olivier Cachin

FRA
- Chanson - Rock
VERYCORDS

DERNIER ALBUM

Credo (02/12/2013)

Vidéos

TCHEKY KARYO - Autour de la Mémoire (clip officiel - réalisé par Enki Bilal)