GEORGE THOROGOOD & THE DESTROYERS

Depuis 1976, ils ont vendu plus de 15 millions d’albums, construit un catalogue classique de tubes et donné plus de 8 000 concerts féroces. Ils ont battu des records avec leur tournée ‘50 Dates/50 States’, ont livré des performances marquantes au Live Aid et sur SNL, et sont devenus les piliers de la radio, de MTV et des scènes du monde entier pendant plus de deux générations. Malgré tout, ils sont restés l’un des fondateurs les plus cohérents – et toujours passionnés – du rock basé sur du blues dans l’histoire de la culture pop.

Au cours des 45 dernières années, ça a été très bon d’être George Thorogood & The Destroyers. Et en 2022, leur tournée ‘Good To Be Bad: 45 Years Of Rock’ en sera la preuve ultime.

Pour Thorogood et son groupe de longue date – Jeff Simon (batterie, percussions), Bill Blough (guitare basse), Jim Suhler (guitare rythmique) et Buddy Leach (saxophone) – le pouvoir de « rocker » le public est à la fois un cri de guerre et un credo depuis le début.

Sur scène, George & The Destroyers actionnent l’interrupteur, et déroulent leur hits « Get A Haircut », « I Drink Alone », « One Bourbon, One Scotch, One Beer », « Move It On Over », « Who Do You Love » et l’hymne badass « Bad To The Bone », ainsi que plusieurs surprises.

Is it still good to be bad?
George Thorogood affiche instantanément un énorme sourire. « You bet it is », dit-il. « We’ll always be the baddest band in the land. Expect our best on this tour, because that’s what you’re gonna get. »

USA
- Rock Blues
Pipe Dream

NOUVEL ALBUM LIVE

Smokin' Dynamite (24 mai 2021)

En tournée

Vidéos

George Thorogood & The Destroyers - Bad to the Bone (Live at Montreux 2013)

Live Music : Guitar Rock / Boogie : George Thorogood & the Destroyers : "Madison Blues"

George Thorogood and The Destroyers - Bad to the Bone

Biographie

George Thorogood forme le groupe The Destroyers au début des années 70 et prend comme ville d’attache Boston.
C’est là qu’il est découvert par Hound Dog Taylor, qui en fait son protégé.

En 1974 il sort sa première démo Better Than the Rest – qui sortira en tant qu’album en 1979 – avant d’être propulsé à l’avant scène avec George Thorogood and the Destroyers en 1977. Sorti en pleine période Punk, l’album séduit par un son brut et le retour à un Blues-Rock énergique. Sa reprise de « One Bourbon, One Scotch, One Beer » de John Lee Hooker devient le titre fétiche de ses nombreux fans.

Move It On Over en 1979 concourt à conforter le statut de George Thorogood avec une autre reprise emblématique de son répertoire, le « Who Do You Love? » de Bo Didley.

More George Thorogood and the Drestroyers en 1980 sort avant que George Thorogood ne soit embarqué dans la tournée américaine des Rolling Stones en 1981. Il se produit également en ouverture du « plus grand groupe de Rock’n’Roll » en juin 1982 à Paris, seule date européenne où il apparaît pour le plus grand plaisir du public français.

Bad to the Bone en 1982 porte le titre d’une des seules compositions de George Thorogood qui se hisse au niveau de ses reprises de classiques.

Après Maverick en 1985, Born to Be Bad en 1988 est numéro 32 du Billboard.

Leurs compilations comme The Baddest of George Thorogood and the Drestroyers en 1992 ou Greatest Hits: 30 Years of Rocken 2004 remportent un franc succès.

3 nouveaux titres percutants : « Ride ‘Til I Die » (2003), « The Hard Stuff » (2006), et « The Dirty Dozen » (2009).

La sortie en 2010 de l’excellent enregistrement Live in Boston 1982 vaut à lui seul une bonne partie de la discographie de son auteur.

Grand défendeur du Chicago Blues, George Thorogood rend un hommage à la marque Chess Records en 2011 avec 2120 South Michigan Avenue, soit l’adresse des studios Chess à Chicago. Buddy Guy et Charlie Musselwhite se joignent à lui pour un remarquable album de Blues Rock.

Son dernier album studio, The Hard Stuff, date de 2018.

Source : François Alvarez – Music Story