Angra

2018 marque le début d’une nouvelle ère dans l’histoire d’Angra. ØMNI, 9ème album studio du groupe de metal brésilien mené par Rafael Bittencourt, est le résultat
de nombreux mois d’intense dévouement, de sueur et de sang.

Produit par Jens Bogren (déjà producteur de Secret Garden), qui a su à nouveau capter l’alchimie du groupe, ØMNI est un concept album, une série d’histoires courtes de science-fiction qui ont lieu à différents endroits simultanément.

La marque de fabrique d’Angra, ce heavy metal mêlé à la musique traditionnelle brésilienne et au classique, est mise en valeur par d’autres influences comme le rock
progressif, le thrash metal, le djent…

ØMNI est très certainement une étape importante, non seulement dans l’histoire d’Angra, mais aussi pour le metal brésilien et sa reconnaissance dans le monde entier.

BRA
- Heavy Metal
ØMNI 16/02/2018

Vidéos

Angra "Travelers Of Time" Official Lyric Video - from the new album "Ømni", out February 16th, 2018

Angra - Travelers of Time

Biographie

Angra est sans aucun doute l’un des plus importants groupe de Heavy Metal brésilien, grâce à son mélange unique entre metal, rock, rythmes brésiliens et classique.

Formé en 1991 dans la tentaculaire São Paulo au Brésil, Angra naît, comme souvent avec les groupes de metal, par une rencontre au temps du lycée. Andre Matos (Chant), Rafael Bittencourt (Guitare), André Linhares (Guitare), Marcos Antunes (Batterie), et Luís Mariutti (Basse) sont plus attirés par l’énergie lourde que par la bossa-nova.

Angra se lance dans un metal aventureux, mêlant éléments classiques et un sens du baroque tout tropicaliste. Après les nécessaires ajustements dans la formation, Kiko Loureiro prenant la guitare et Ricardo Confesori la batterie, Angra se rend en Allemagne pour enregistrer dans le studio de Kai Hansen. Angels Cry remporte un vif succès au Brésil et fait sensation au Japon où l’album s’écoule à cent mille copies. Angra assure ensuite la première partie de AC/DC au Brésil, avant d’ouvrir le festival Monsters of Rock à São Paulo.

Encore plus symphonique, Holy Land en 1996 connaît un succès équivalent. Fireworks en 1998 voit la France s’ajouter au nombre des victimes d’Angra. Le groupe pauliste est n° 41 des ventes hexagonales, performance grandement honorable pour un groupe de metal plutôt progressif. Rebirth en 2001 voit Eduardo Falaschi remplacer Andre Matos, la section rythmique changeant également. Il n’empêche que Rebirh devient le plus important succès d’Angra, décrochant le disque d’or en Allemagne.

Temple of Shadow en 2004 devient l’oeuvre la plus démesurée de Angra. Multipliant les orchestrations symphoniques et les choeurs, Temple of Shadow voit aussi la participation de Kai Hansen et de la légende brésilienne Milton Nascimento. Ne se voulant pas album concept, mais seulement “à thème” Aurora Consurgens en 2006 constitue une déception. D’autant que la crise de l’industrie discographique contribue également à en raboter les ventes.

Jamais à cours d’imagination, Angra revient en 2010 avec Aqua. L’album est censé s’inspirer de la pièce de William Shakespeare, La Tempête. Un tel thème entre les mains d’Angra ne peut que donner lieu à un Tsunami métallique du meilleur tonneau.

Copyright 2017 Music Story François Alvarez

Release(s)